Charlottetown

Article principal : Histoire de Charlottetown

Histoire ancienne (1720-1900)Edit

Les premiers colons européens de la région étaient français ; le personnel de la forteresse de Louisbourg a fondé en 1720 une colonie nommée Port La Joye sur la partie sud-ouest du port, en face de la ville actuelle. Cette colonie était dirigée par Michel Haché-Gallant, qui utilisait son sloop pour transporter les colons acadiens de Louisbourg.

Charlottetown fut nommée en l’honneur de la reine Charlotte, reine consort du roi George III.

Pendant la guerre du roi George, les Britanniques s’étaient emparés de l’île. L’officier français Ramezay a envoyé 500 hommes pour attaquer les troupes britanniques lors de la bataille de Port-la-Joye. Les Français ont réussi à tuer ou à capturer quarante troupes britanniques.

En août 1758, au plus fort de la guerre franco-indienne, une flotte britannique a pris le contrôle de la colonie et du reste de l’île, déportant rapidement les colons français qu’ils pouvaient trouver dans la campagne de l’île Saint-Jean (ceci étant entièrement trois ans après l’expulsion initiale des Acadiens en Nouvelle-Écosse). Les forces britanniques ont construit Fort Amherst près du site de l’établissement abandonné de Port La Joye pour protéger l’entrée du port.

Charlottetown a été choisi comme site pour le siège du comté de Queens dans l’enquête coloniale de 1764 par le capitaine Samuel Holland des Royal Engineers. Un an plus tard, Charlottetown est devenue la capitale coloniale de l’île de St. John’s. D’autres levés effectués entre 1768 et 1771 ont permis d’établir la grille des rues et les places publiques que l’on peut voir dans le quartier historique de la ville. La ville a été nommée en l’honneur de Charlotte de Mecklenburg-Strelitz, reine consort du Royaume-Uni en tant qu’épouse du roi George III.

Le 17 novembre 1775, pendant la Révolution américaine, la nouvelle capitale de la colonie est mise à sac par des corsaires basés au Massachusetts lors du Raid sur Charlottetown (1775). Au cours de l’attaque, le sceau colonial a été volé et plusieurs prisonniers, dont Phillips Callbeck et Thomas Wright, ont été emmenés à Cambridge, au Massachusetts, puis libérés.

En 1793, des terres avaient été mises de côté par le gouverneur Fanning aux limites ouest de la communauté pour être utilisées par l' » administrateur du gouvernement  » (le gouverneur), et à ce titre, elles ont été connues de manière informelle sous le nom de  » Fanning’s Bank  » ou simplement de  » Fanning Bank « . Le 29 novembre 1798, l’île de Saint-Jean a été rebaptisée Île-du-Prince-Édouard en l’honneur du prince Édouard, duc de Kent et de Strathearn qui était le commandant en chef de l’Amérique du Nord.

En 1805, la garnison britannique locale a construit une défense portuaire appelée  » Fort Edward  » à l’ouest du front de mer de la capitale et la  » batterie Prince Edward  » manœuvrait cette installation. En 1835, la « Government House » a été construite à Fanning Bank pour servir de résidence au gouverneur de la colonie. Aujourd’hui, elle sert de résidence officielle au lieutenant-gouverneur.

Entre 1843 et 1847, un nouveau bâtiment législatif a été construit dans la communauté. Nommé Colonial Building à l’origine, après la Confédération avec le Canada, il devient progressivement connu sous le nom de « Province House ». L’achèvement de cette structure avec Isaac Smith comme constructeur/architecte a été une étape importante dans l’histoire de la capitale et elle est encore utilisée aujourd’hui comme assemblée législative provinciale ainsi que comme lieu historique national, et elle est actuellement le deuxième plus ancien siège législatif au Canada.

Le 17 avril 1855, Charlottetown a été constituée en ville, tenant sa première réunion du conseil le 11 août de la même année. La communauté comptait 6 500 résidents au moment de son incorporation.

Les membres de la Conférence de Charlottetown, une conférence visant à discuter de la Confédération canadienne, devant la Government House en 1864.

Entre le 1er et le 8 septembre 1864, Charlottetown a accueilli ce qu’on appelle aujourd’hui la Conférence de Charlottetown. Bien que bon nombre des réunions et des négociations qui allaient mener à la Confédération canadienne aient eu lieu à Province House, divers événements sociaux ont débordé sur la communauté environnante.

Vue de Charlottetown en 1872, un an avant l’entrée de l’Île-du-Prince-Édouard dans la Confédération canadienne.

L’Île-du-Prince-Édouard entre dans la Confédération le 1er juillet 1873. En plus d’être le siège du gouvernement colonial, la communauté s’est fait remarquer au début du XIXe siècle pour la construction navale et son industrie du bois ainsi que pour être un port de pêche. L’industrie de la construction navale a décliné dans la dernière partie du XIXe siècle.

Le 14 juin 1873, la « Government House Farm » à Fanning Bank a été désignée comme un parc municipal, nommé Victoria Park en l’honneur de la reine Victoria.

En août 1874, le chemin de fer de l’Île-du-Prince-Édouard a ouvert sa ligne principale entre Charlottetown et Summerside. Le chemin de fer, ainsi que l’industrie du transport maritime, continueront à stimuler le développement industriel du secteur riverain pendant plusieurs décennies. Le premier établissement de soins de santé de la province, l’hôpital de Charlottetown, a été ouvert par le diocèse de Charlottetown en 1879, qui a été suivi par l’hôpital public de l’Île-du-Prince-Édouard en 1884.

Histoire moderne (1900-présent)Edit

La religion a joué un rôle central dans le développement des institutions de Charlottetown avec des établissements non confessionnels (i.c’est-à-dire protestantes) et catholiques romaines (Queen Square, Notre Dame et St Joseph catholiques vs West Kent et Prince Street protestants), des hôpitaux (Prince Edward Island Hospital vs Charlottetown Hospital) et des établissements postsecondaires (Prince of Wales College vs St. Dunstan’s University) étant institués. Dunstan’s a été développé à l’origine comme un séminaire pour la formation des prêtres, et le Maritime Christian College a été fondé en 1960 pour former des prédicateurs pour les églises chrétiennes et les églises du Christ de l’Île-du-Prince-Édouard et des provinces maritimes.

Comme pour la plupart des communautés en Amérique du Nord, l’automobile a façonné le développement de Charlottetown dans la seconde moitié du XXe siècle, lorsque les fermes périphériques dans les zones rurales de Brighton, Spring Park et Parkdale ont vu se multiplier les développements immobiliers. L’aérodrome de Charlottetown, situé dans la communauté rurale voisine de Sherwood, a été amélioré dans le cadre du plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique et a été exploité pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale en tant que station de l’ARC de Charlottetown, conjointement avec les stations de l’ARC de Mount Pleasant et de Summerside. Après la guerre, l’aérodrome a été désigné comme l’aéroport de Charlottetown. Les chantiers navals de Charlottetown ont été largement utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale, pour le carénage et la modernisation de nombreux navires de guerre de la Marine royale canadienne. D’autres développements d’après-guerre ont continué à étendre les propriétés résidentielles dans les zones périphériques adjacentes, notamment dans les communautés agricoles voisines de Sherwood, West Royalty et East Royalty.

En 1959, le village de banlieue de Spring Park a été fusionné à la ville, étendant la limite nord de la ville de Kirkwood Drive à Hermitage Creek et incluant le campus de St. Dunstan’s University.

Entrée du Centre des arts de la Confédération. Le Centre a été inauguré en 1964, pour commémorer le centenaire de la Conférence de Charlottetown.

Pour commémorer le centenaire de la Conférence de Charlottetown, les dix gouvernements provinciaux et le gouvernement du Canada ont contribué à l’érection d’un monument national aux « Pères de la Confédération ». Le Centre des arts de la Confédération, qui a ouvert ses portes en 1964, est un cadeau aux résidents de l’Île-du-Prince-Édouard et contient une bibliothèque publique, une galerie d’art de renommée nationale et un théâtre à scène principale qui joue au Festival de Charlottetown chaque été depuis.

Dans les années 1960, de nouvelles écoles publiques ont été construites dans la communauté et, en 1969, la ville est devenue le siège de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard (UPEI) fusionnée, située sur le campus de l’ancienne Université St. Dunstan. Avec la Ferme expérimentale de Charlottetown du ministère fédéral de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire (également connue sous le nom de Ferme Ravenwood), ces propriétés constituent un vaste espace vert entouré par la ville. Le campus du centre-ville du Prince of Wales College a été intégré à un nouveau système provincial de collèges communautaires appelé Holland College, en l’honneur du célèbre arpenteur de l’île. Le plan de développement global de l’Î.-P.-É. à la fin des années 1960 a grandement contribué à l’expansion du gouvernement provincial à Charlottetown pour la décennie suivante.

Campus de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. En 1969, deux établissements postsecondaires locaux, l’Université Saint Dunstan et le Prince of Wales College, ont fusionné pour former l’UPEI.

L’hôpital Queen Elizabeth a ouvert ses portes en 1982. En 1983, le siège national du ministère fédéral des Anciens combattants est transféré à Charlottetown dans le cadre d’un programme national de décentralisation du gouvernement fédéral. En 1986, l’UPEI s’est encore agrandi avec l’ouverture du Collège vétérinaire de l’Atlantique.

Tout au long des années 1970 et 1980, on a assisté à un développement accru des bureaux commerciaux et des commerces de détail. Un hôtel et un centre de congrès au bord de l’eau ont été achevés en 1982 et ont contribué à encourager la diversification et le renouveau de la région, ce qui a donné lieu à plusieurs complexes résidentiels et à des installations commerciales au centre-ville. L’abandon du service ferroviaire dans la province par CN Rail en décembre 1989 a conduit à la transformation des terrains ferroviaires et industriels à l’extrémité est du front de mer en parcs et en attractions culturelles.

À la fin des années 1990 et dans les années 2000, le paysage commercial a changé avec l’ouverture de magasins à grande surface sur le site des anciens centres commerciaux traditionnels et dans les nouveaux développements de la banlieue nord, en particulier le quartier de West Royalty, qui est un carrefour routier clé.

Le 1er avril 1995, Charlottetown a fusionné avec la ville de Parkdale et les communautés constituées d’East Royalty, Hillsborough Park, Sherwood, West Royalty et Winsloe. Au même moment, la ville fusionnée de Charlottetown a annexé Queens Royalty. Aujourd’hui, la ville de Charlottetown occupe des parties des cantons Lot 33 et Lot 34.

Le quartier central des affaires continue de connaître une expansion progressive avec la construction d’espaces de bureaux du gouvernement et du secteur privé et la construction ou la modernisation de nouveaux espaces institutionnels, cependant l’espace de vente au détail dans le CBD a souffert de la construction de grandes surfaces périphériques au cours des dernières années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *