Défenses contre les réclamations périmées : Res Judicata et Collateral Estoppel

Lorsque l’on est confronté à des demandeurs qui tentent de plaider à nouveau des revendications ou des questions, les doctrines de res judicata et de collateral estoppel servent de défenses affirmatives pour empêcher les demandeurs d’avoir deux morsures à la pomme. Ces défenses doivent être prises en compte lorsque les plaignants sont autorisés à intenter des actions en vertu de lois ravivant des revendications précédemment interdites par un délai de prescription.

« L’autorité de la chose jugée décrit l’effet préclusif d’un jugement définitif sur le fond. L’autorité de la chose jugée, ou la préclusion de la réclamation, empêche la remise en cause de la même cause d’action dans un second procès entre les mêmes parties ou des parties en privation avec elles…En vertu de la doctrine de l’autorité de la chose jugée, si un demandeur l’emporte dans une action, la cause est fusionnée dans le jugement et ne peut pas être revendiquée dans un procès ultérieur ; un jugement en faveur du défendeur sert d’obstacle à tout autre procès de la même cause d’action. » (Mycogen Corp. v. Monsanto Co. (2002) 28 Cal.4th 888, 896-897.)

Une affaire ultérieure, DKN Holdings v. Faerber (2015) 61 Cal.4th 813, a expliqué que la responsabilité dérivée établit la privauté.  » Lorsque la responsabilité d’un défendeur est entièrement dérivée de celle d’une partie dans une action antérieure, la préclusion des réclamations interdit la seconde action parce que le second défendeur se tient dans la privauté avec l’action antérieure. La nature de la responsabilité dérivée aligne si étroitement les intérêts des défendeurs distincts qu’ils sont traités comme des parties identiques. La responsabilité dérivée soutenant la préclusion a été trouvée entre une société et ses employés (Sartor v. Superior Court (1982) 136 Cal.App.3d 322, 328 ; Lippert v. Bailey (1966) 241 Cal.App.2d 376, 382), un entrepreneur général et des sous-traitants (Thibodeau v. Crum (1992) 4 Cal.App.4th 749, 757), une association de courtiers en valeurs mobilières et des agents membres (Brinton v. Bankers Pension Services, Inc. (1999) 76 Cal.App.4th 550, 557-558), et entre des coconspirateurs présumés (Richard B. LeVine, Inc. v Higashi (2005) 131 Cal.App.4th 566, 579) ». (DKN Holdings LLC, supra 61 Cal.4th at 827-828.)

Les clés pour déterminer l’application de l’autorité de la chose jugée en tant que défense affirmative sont d’abord d’identifier si le demandeur réaffirme les mêmes causes d’action précédemment plaidées jusqu’à la finalité. Si un défendeur n’était pas une partie au litige antérieur, il peut toujours être en mesure d’affirmer la chose jugée comme une défense affirmative aux mêmes causes d’actions s’il était en privation avec une partie du litige antérieur.

En revanche, avec la préclusion collatérale ou la préclusion de question, le jugement antérieur résout de manière concluante une question effectivement plaidée et déterminée dans la première action. (DKN Holdings LLC, supra 61 Cal.App.4th à 824.) La préclusion d’enjeu s’applique : (1) après un jugement définitif ; (2) d’une question identique ; (3) effectivement plaidée et nécessairement décidée dans la première action ; et (4) invoquée contre une personne qui était une partie dans la première action ou une personne en privation avec cette partie. (Lucido v. Superior Court (1990) 51 Cal.3d 335, 341 ; Vandenberg v. Superior Court (1999) 21 Cal.App.4th 815,828 ; Teitelbaum Furs v. The Dominion Insurance Company LTD (1962) 58 Cal.2d 601, 604.)

Bien que le raisonnement soit le même, l’estoppel collatéral est différent de la res judicata en ce qu’il n’interdit que les questions identiques réellement plaidées et décidées, qui ont été déterminées sur le fond – et non un simple détail technique. Comme la res judicata, le collateral estoppel s’applique aux affaires impliquant la même partie de la première poursuite ou une personne en privation avec cette partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *