Définition médicale du sarcome de Kaposi

Sarcome de Kaposi : Un type relativement rare de tumeur maligne de la peau qui a tendance à toucher les personnes âgées ou, celles dont le système immunitaire est anormal comme dans le cas du SIDA. Le sarcome de Kaposi est une tumeur très vasculaire (« angioblastique ») de la peau caractérisée par des plaques et des papules molles et violacées qui forment des nodules qui commencent généralement sur les pieds et les chevilles, puis s’étendent lentement sur la peau des jambes, des mains et des bras. Ces tumeurs peuvent également se développer en interne et provoquer de graves hémorragies internes.

Le traitement dépend de la gravité de la tumeur. De faibles doses de radiothérapie peuvent être efficaces pour traiter les cas légers de sarcome de Kaposi. Cependant, dans les cas plus graves, des médicaments anticancéreux peuvent être utilisés pour ralentir la propagation de la tumeur.

La tumeur a été décrite pour la première fois en 1872 par le dermatologue Moritz Kaposi (Moritz Kaposi Kohn) (1837-1902). Né en Autriche-Hongrie, Kaposi a d’abord identifié ce cancer de la peau chez des hommes âgés italiens et juifs d’Europe de l’Est.

Le sarcome de Kaposi est aujourd’hui beaucoup plus fréquent et se propage de manière plus agressive dans le corps chez les patients atteints du sida. En raison de l’épidémie de sida, le sarcome de Kaposi a quitté sa niche oncologique obscure et est entré dans l’usage quotidien au cours des années 1990.

Le sarcome de Kaposi est causé par un herpès virus — l’herpèsvirus humain 8 (HHV-8). Ce virus peut être transmis par le baiser. Chez les hommes homosexuels infectés par le HHV-8 mais sans sarcome de Kaposi, le virus a été retrouvé dans une étude dans 30 % des échantillons de salive et des prélèvements buccaux contre seulement 1 % des échantillons anaux et génitaux et, lorsqu’il était présent, les niveaux du virus étaient beaucoup plus élevés dans la salive que dans le sperme. Les homosexuels qui s’adonnent à des « baisers profonds », c’est-à-dire des baisers impliquant un contact important avec la salive, semblent donc présenter un risque plus élevé de contracter le virus et de développer un sarcome de Kaposi. Il peut donc être pertinent que le HHV-8 soit étroitement lié au virus d’Epstein-Barr, la cause de la mononucléose infectieuse, qui peut être transmis par le baiser.

La maladie est également appelée sarcome de Kaposi, mais le sarcome de Kaposi est préféré depuis que le Dr. Kaposi a décrit la tumeur mais ne la possédait pas.

CONTINUER LE DÉROULAGE OU CLIQUER ICI POUR LE DIAPORAMA CONNEXE

SLIDESHOW

Une chronologie de la pandémie de VIH/sida Voir le diaporama.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *