Méthode d’évaluation de la douleur PQRST

Puisque la douleur est subjective, l’auto-évaluation est considérée comme le Gold Standard et la mesure la plus précise de la douleur. La méthode PQRST d’évaluation de la douleur est un outil précieux pour décrire, évaluer et documenter avec précision la douleur d’un patient. La méthode aide également à sélectionner les médicaments antidouleur appropriés et à évaluer la réponse au traitement.

Les infirmières peuvent aider les patients à déclarer plus précisément leur douleur en utilisant ces questions d’évaluation très spécifiques de la PQRST :

P = Provocation/Palliation

Que faisiez-vous lorsque la douleur a commencé ? Qu’est-ce qui l’a provoquée ? Qu’est-ce qui la rend meilleure ou pire ? Qu’est-ce qui semble la déclencher ? Le stress ? La position ? Certaines activités ?

Qu’est-ce qui la soulage ? Médicaments, massages, chaleur/froid, changement de position, être actif, se reposer?

Qu’est-ce qui l’aggrave ? Mouvement, se pencher, s’allonger, marcher, se tenir debout?

Q = Qualité/Quantité

Que ressent-on ? Utilisez des mots pour décrire la douleur, comme aiguë, sourde, lancinante, brûlante, écrasante, lancinante, nauséabonde, fulgurante, en torsion ou en étirement.

R = Région/Radiation

Où la douleur est-elle localisée ? La douleur irradie-t-elle ? Où ? A-t-elle l’impression de se déplacer/se déplacer ? A-t-elle commencé ailleurs et est maintenant localisée à un endroit ?

S = Échelle de gravité

Quelle est la gravité de la douleur sur une échelle de 0 à 10, zéro étant l’absence de douleur et 10 étant la pire douleur jamais ressentie ? Est-ce qu’elle interfère avec les activités ? Quelle est sa gravité à son paroxysme ? Vous oblige-t-elle à vous asseoir, à vous allonger, à ralentir ? Combien de temps dure un épisode ?

T = Timing

Quand/à quelle heure la douleur a-t-elle commencé ? Combien de temps a-t-elle duré ? À quelle fréquence se produit-elle : toutes les heures ? tous les jours ? toutes les semaines ? tous les mois ? Est-elle soudaine ou graduelle ? Que faisiez-vous lorsque vous l’avez ressentie pour la première fois ? Quand la ressentez-vous habituellement : le jour ? la nuit ? tôt le matin ? Vous réveille-t-elle parfois ? Est-ce que cela mène à autre chose ? S’accompagne-t-elle d’autres signes et symptômes ? Se produit-il parfois avant, pendant ou après les repas ? Se produit-elle de manière saisonnière ?

Documentation

En plus de faciliter une évaluation précise de la douleur, une documentation minutieuse et complète démontre que vous prenez toutes les mesures appropriées pour vous assurer que vos patients reçoivent une prise en charge de la douleur de la plus haute qualité. Il est important de documenter les éléments suivants :

  • Compréhension de l’échelle de la douleur par le patient. Décrivez la capacité du patient à évaluer le niveau de douleur en utilisant l’échelle de douleur de 0 à 10.
  • Satisfaction du patient quant au niveau de douleur avec la modalité de traitement actuelle. Demandez au patient quel était son niveau de douleur avant la prise d’analgésiques et après la prise d’analgésiques. Si le niveau de douleur du patient n’est pas acceptable, quelles interventions ont été prises ?
  • Réévaluation en temps utile après toute intervention et réponse au traitement. Citez la réponse du patient.
  • Communication avec le médecin. Signalez toujours tout changement d’état.
  • L’éducation du patient fournie et la réponse du patient à l’apprentissage. N’écrivez pas  » le patient comprend  » sans une évaluation de soutien telle que le patient peut verbaliser, démontrer, décrire, etc.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *