Spartacus Educational

John Kay, douzième enfant d’un fermier Yeoman, est né près de Bury dans le Lancashire vers 1704. On sait peu de choses sur ses débuts, mais il vivait à Bury en 1730 lorsqu’il a breveté une machine pour tordre et corder le mohair et le peigné.

Pendant des siècles, le tissage sur métier à main avait été effectué sur la base de la navette portant le fil, passée lentement et maladroitement d’une main à l’autre. En 1733, Kay a fait breveter sa navette volante qui a considérablement augmenté la vitesse de ce processus. Kay plaçait des boîtes de navettes de chaque côté du métier à tisser, reliées par une longue planche, appelée course de navettes. Au moyen de cordes attachées à un picot, un seul tisserand, à l’aide d’une seule main, pouvait faire en sorte que la navette soit frappée d’avant en arrière sur le métier d’une boîte à navettes à l’autre.

Une section d'une peinture murale produite par William Bell Scott qui montreJohn Kay s'échappant de sa maison en 1753 après avoir été attaqué par des ouvriers textiles locaux.
Une section d’une peinture murale produite par William Bell Scott qui montre
John Kay s’échappant de sa maison en 1753 après avoir été attaqué par
des ouvriers textiles locaux.

Un tisserand utilisant la navette volante de Kay pouvait produire un tissu beaucoup plus large à des vitesses plus rapides qu’auparavant. Certains fabricants de laine utilisaient la navette volante de Kay mais étaient réticents à lui payer des redevances. Les frais de recours aux tribunaux pour obtenir l’argent qui lui était dû faillirent ruiner Kay.

En 1753, la maison de Kay à Bury fut saccagée par une foule d’ouvriers du textile qui craignaient que ses machines ne détruisent leur gagne-pain. Profondément déprimé par ces événements, John Kay quitta l’Angleterre pour la France où l’on pense qu’il est mort indigent vers 1780.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *